Est-il normal d’admettre que j’ai des défauts ?

La traduction en français du post de Will Schroter

“J’ai l’impression qu’en tant qu’Entrepreneur, je dois me présenter comme un leader parfait. Pourtant, 99% des pensées et des émotions que je ressens sont mes défauts qui suintent de tous mes pores. Quand est-ce que je peux me permettre d’admettre mes défauts ?

Nous sommes tous effrayés à l’idée de partager nos défauts. Nous avons peur que les employés, les investisseurs, les clients et presque tout le monde pensent moins de nous. Peut-être qu’ils n’investiront pas, peut-être qu’ils n’achèteront pas nos produits, ou peut-être qu’ils ne viendront pas travailler pour nous.

Partager nos défauts est terrifiant. Mais c’est aussi l’une des choses les plus libératrices que nous puissions faire, non seulement en tant que fondateurs, mais aussi en tant qu’humains bizarres que nous sommes tous.

Vous êtes Entrepreneur – avez-vous des défauts ?

Par où dois-je commencer ? Je construis des startups depuis près de trois décennies et j’ai des tonnes de défauts. Je souffre d’un TDAH massif (je ne peux même pas relire cette phrase sans perdre ma concentration), de douleurs terminales, d’une anxiété paralysante – et je ne peux pas danser pour sauver ma vie.

Pendant longtemps, je n’aurais même pas envisagé de le dire à qui que ce soit. Mais avec le temps, j’ai appris, surtout parmi les autres Entrepreneurs, que le partage de nos vulnérabilités est devenu l’une des formes de connexion les plus honnêtes que nous puissions avoir, surtout à une époque où les personnalités sociales sont photoshopées et les egos fabriqués.

Partager nos défauts renforce la confiance, car c’est l’une des rares choses dans la vie sur lesquelles personne ne ment vraiment. Il invite également les autres à s’engager dans un endroit honnête, ce qui est très puissant.

Comment puis-je partager mes défauts sans avoir l’air d’une épave ?

La clé est de parler de la façon dont nous gérons nos défauts.

Il y a quelque temps, j’ai écrit sur “Comment je maîtrise mon anxiété d’Entrepreneur” qui décrivait exactement mes défauts et comment je travaille pour les transformer en forces.

Tous les défauts ne deviendront pas une force. Certains, comme la dépression, sont juste un défi géant qu’il est difficile de positiver. Mais si nous faisons preuve d’ouverture d’esprit pour accepter et gérer nos défauts, nous faisons montre de notre capacité à être des responsables sérieux, ce que les gens recherchent et admirent chez un leader.

Quand devrais-je probablement garder mes défauts pour moi ?

Ce n’est pas parce montrer sa vulnérabilité est honnête que c’est toujours approprié. En tant que dirigeants, nous avons également la responsabilité de prendre le temps de traiter les conséquences de nos défauts, et idéalement de nous préparer à les gérer, avant de les étaler simplement dans les médias sociaux ou lors d’un déjeuner d’entreprise.

Nous devons comprendre que nos défauts sont un défi commercial comme un autre, et les gens autour de nous vont supposer que nous avons un plan pour y remédier. Peut-être que nous n’en avons pas. Mais il est généralement préférable de présenter ces défauts, ou d’ailleurs presque tous les autres défis de notre entreprise, lorsque nous avons également un plan d’attaque convaincant.

Ce ne sont pas nos défauts qui constituent le défi – c’est la façon dont nous gérons ce défi qui importe aux gens.

Wil Schroter Founder, CEO and Startup Sensei